Pourquoi une semaine anti-harcèlement du 9 au 16 janvier ?

Le 16 janvier, une CAPA en formation disciplinaire aura lieu au rectorat. L'agent comptable du lycée Alain (Alençon) est mis en cause par de nombreux agents sur plusieurs années et plusieurs établissements scolaires.

Que lui reprochent-t-ils ? Dégradation des conditions de travail, autoritarisme, remise en cause de leur savoir-faire, dévalorisation permanente, humiliations, préjudice sur la réputation professionnelle, harcèlement... provoquant arrêts de travail et mutations forcées ! Il est clair pour le SNASUB-FSU qu’une simple « mutation » serait indigne de la part des autorités académiques au vu du dossier que nous avions communiqué le 5 juillet 2017.

Le SNASUB-FSU a informé la presse de la situation :

télécharger l'article de l'Orne hebdo du 09.01.18


télécharger l'article de l'Ouest-France du 09.01.18

Comment participer à la semaine anti-harcèlement ?
- en reproduisant les visuels (affiches, bandeau) à retrouver sur notre site syndical (ci-dessous), à afficher sur son bureau, sur sa porte, sur les panneaux syndicaux, dans la salle des personnels…
- en envoyant un mel de protestation (« je soutiens l’initiative syndicale de la semaine anti-harcèlement. Justice aux victimes. ») aux autorités académiques : ce.cabinet@ac-caen.fr
- en demandant au SNASUB-FSU d’organiser une réunion d’information sur le sujet.

Tract du SNASUB-FSU sur la semaine anti-harcèlement

Définition du harcèlement (circulaire MEN du 27 février 2007) : "Il s’agit d’une conduite abusive résultant de propos, d’agissements répétés ou d’écrits hostiles sur une relativement longue période (plusieurs semaines, voire plusieurs mois) se traduisant, à l’égard de la victime, par une mise en cause de sa personne soit directement, soit à travers son travail. Ces pratiques peuvent se traduire par un isolement professionnel.

La conjonction et la répétition de tels faits ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail qui peut aboutir à une altération de la santé physique ou mentale de l’agent (anxiété, troubles du sommeil, conduites addictives, atteintes somatiques, dépression, etc.), compromettre son avenir professionnel ou porter atteinte à ses droits et à sa dignité."